L’agriculture andine n’est-elle pas inspirante ?

L’agriculture andine n’est-elle pas inspirante ?

Pour le lancement opérationnel de notre filiale Forestera, une partie de l’équipe, Frédéric, Lenny et Ambroise a retrouvé Augustin à Tarapoto, au Pérou. Après quelques jours passés dans les plantations de cacao, en route pour la région de Cusco, ancienne capitale Inca nichée à 3 400 mètres d’altitude dans la Cordillère des Andes. Les paysages du Pérou sont pluriels, et nous voulions en découvrir de nouvelles facettes. Quoi de plus inspirant que la terre sacrée des Incas ?

Les Incas furent un peuple puissant qui étendit son empire sur la Colombie, le Pérou, l’Equateur, la Bolivie, le Chili et l’Argentine, entre le XIIIe siècle et la Conquista espagnole au XVIe siècle. Peuple guerrier et administrateur, ils repoussèrent les limites de l’agriculture, développant des plantations en terrasses (les fameuses andenes) sur des flancs de montagne à pic.

Lorsque l’on arrive sur le site inca de Moray, la première chose qui frappe est la beauté esthétique du lieu : au milieu d’une campagne d’altitude, dominée par des sommets andins flirtant avec les nuages, une série de terrasses en cercles concentriques épousent les flancs de trois dépressions naturelles. Les murs courbes, dont chaque pierre est impeccablement ajustée, taillée en fonction de ses voisines, donnent une sensation de grande harmonie et de perfection technique.

Ces terrasses étaient cultivées, les Incas y faisaient des expérimentations agronomiques, tentaient d’acclimater des plantes, cherchaient les meilleurs conditions de croissance. Elles offraient toutes les expositions possibles, et des températures différentes. Les Incas créèrent et acclimatèrent de nombreuses variétés de pommes de terre (le Pérou en possède plus de 5000 !), de maïs et de quinoa.

Des denrées agricoles qui constituent encore aujourd’hui l’alimentation de base des populations andines et qu’elles cultivent en polyculture pour préserver leurs sols fragiles et peu épais.

Le cadre grandiose de cette campagne d’altitude dégage une grande sérénité et nous inspire. Dans le cadre de notre projet Forestera, nous nous appuyons sur ces savoir faire traditionnels pour développer des plantations riches en espèces, respectueuses des sols et de la nature, et produisant un cacao aromatique de qualité.

Vous pouvez nous rejoindre jusqu’à fin mai en devenant actionnaire de Forestera sur la plateforme de financement participatif WiSEED.